Uchuu-Nekov2

°º¤ø, ¸¸, ø¤º°`°º¤ø, ¸Bienvenue, venez incarnez un neko, un humain, un Inus.°º¤ø, ¸¸, ø¤º°`°º¤ø, ¸
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Satoru n'en peu plus

Aller en bas 
AuteurMessage
Keiji Maeda

Keiji Maeda

Nombre de messages : 6
Age : 34
Maitre/inu/Neko de : ~Keiko°°Kyoku°°Satoru°°Sei~
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de votre personnage
Age de votre personnage:
Signes particuliers:
Situation (inclut Maître(sse)/Inu/Neko de):

Satoru n'en peu plus Empty
MessageSujet: Satoru n'en peu plus   Satoru n'en peu plus EmptyDim 17 Fév - 1:55

SATORU

Si seulement il me laissait sortir...

Cette journée commençait comme tout autre journée...réveil avec les côtes en bouillit grâce au cages incofrtables. Qu'allait-il se passer aujourd'hui ? Rien. Comme d'habitude, depuis déjà 6 mois maintenant. Je mangeais à ma faim, le bruit n'était pas trop insurpotable en ces heures, je tripotais mon médaillon, l'air pensif. Depuis que j'étais arrivé ici, l'idée de me retrouver un maître était inconcevable. Et maintenant, je me plains ma vie ici, je ne suis même pas logique avec moi-même...Avant de rencontrer Shin, aussi, je ne voulais aller avec personne et après, j'étais bien contente d'être sortit d'ici.

Je devrais peut-être être un peu moins têtu...

"Ca y est... dis-je dans un soupir."

Et oui, c'est ce que j'apelle "l'heure de pointe", l'heure où en général l'animalerie comence sérieusement à se remplir...Et où je suis empli d'aversion en voyant ces gens heureux ressortir avec des Nekos aussi heureux qu'eux...Ou est-ce simplement de la jalousie ?
Etant complètement affalé dans ma cage, je m'assis sur mes genoux, convenablement, devant la porte de ma cage et essayait d'être le plus naturel possible, pas de faux regards ou de gestes hypocrites, naturel. Je fixais le sol d'un air absent. Peut-être aujourd'hui sera meilleur qu'hier ?
Peut-être qu'enfin, quelqu'un daignera au moins, poser les yeux sur moi, au lieu de me regarder avec dégoûts. Peut-être.
Et puis, ce n'est sûrement pas la vie ici et les Nekos de cette boutique qui vont me manquer...

____________________________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________________________
KEIJI MAEDA



Zhou resta planté devant le magasin, il bougeait la queue rapidement et aboyais comme jamais il ne l'avait fait, mais il aboyait de joie, comme s'il parlait à son maître qui arrivait un peu plus loin. Keiji le remarqua, il ne comprenait pas pourquoi il agissait ainsi mais cela voulait bien dire quelque chose. Il n'aboyait jamais pour rien ou même agissait de la sorte. Il déposa Kyoku au sol puis alla consoler Zhou qui était affolé, mais il reculait à ses avances afin de lui faire comprendre quelque chose.

-que veux-tu Zhou ? Est-ce que j'ai oublié quelque chose ici ?

Keiji était de plus en plus inquiet, il n'était sur de comprendre la gesticulation de son chien. Il agissait bizzarrement, il pointait avec son museau l'intérieur de la boutique, il sautait afin d'attirer l'attention, mais Keiji ne comprenait toujours pas.

Un client sorti de l'animalerie et Zhou réussi à se faufiler à l'intérieur comme un voleur. Il décida précipitement de prendre Kyoku avec lui et entra dans la magasin. Il n'apercevait plus le chien, mais ses jappements provenaient de la salle à cages. Le maitre animalier fut surprit de voir le chien passer à toute vitesse en direction des cages où il entreposait les nekos, il parti à sa poursuite et fut rejoind par Keiji et Kyoku.

- Désolé monsieur, mon chien est un peu distrait. Je vais le ramener chez moi. dit Keiji un peu bousculé par cette évènement.

L'homme reconnu Keiji et la neko qu'il avait vendu plus tôt dans la journée, un bonne vente qu'il avait faite, et un fier homme qu'il admirait.

- Pas de problème, Monsieur Maeda. Il n'a encore rien fait de grave dans mon magasin. dit-il en riant un peu, et en gardant ses gardes au cas où le chien déciderait de provoquer le chaos dans son animalerie.

- Que veux-tu Zhou ? demanda Keiji à son chien.

Zhou pointa du museau une cage en particulier, celle qui était dans le fond de la salle. il s'avança accompagné de son chien et de Kyoku puis remarqua le jeune neko dans la cage. Il avait l'air plus vieux que Kyoku et il paraissait plutôt calme et bien sage, malgré que son regard en disait long sur son passé. Il comprit ce à quoi Zhou voulait lui faire sous entendre, il avait senti la même odeur que sur Kyoku et l'avait remarqué que plus tard dans la journée.

- Kyoku. Tu connais ce garçon ?

____________________________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________________________
KYOKU



from: Grande Place, Au départ d'une nouvelle vie!

Au fut et à mesure que nous revenions sur nos pas, mon pressentiment grandissait. Il se révéla fondé lorsque nous arrivâmes devant l'Animalerie. En voyant la façade, je me figeais de peur. Mon Maître me reposa à terre, et alla consoler le chien. Un frisson me traversa, et je restais sans bouger, les yeux grands ouverts, fixant l'endroit maudit dont j'avais réussis à m'échapper à peine quelques heures plus tôt. Tétanisée, je ne traduisis pas à mon Maître ce que Zhou voulait dire, car je l'avais bien compris: il voulait entrer, encore une fois. Mais j'étais tellement effrayée rien qu'à l'idée de pousser la porte, que je laissais mon Maître sans aide.

Lorsque Zhou se faufila à l'intérieur, je me sentis extrêmement mal. Mon Maître ne le remarqua pas, trop occupé par le chien, mais il dut me tirer pour me faire entrer. Je gardais les pieds enfoncés dans le sol, je ne voulais pas y retourner. Je ne voulais pas. Entrer encore une fois dans cet endroit, c'était comme replonger dans le courant puissant d'une rivière alors que l'on vient de vous sauver de la noyade. Je ne voulais pas.

Emportée par mon Maître, je me retrouvais malgré tout à nouveau dans la boutique. Je regardais partout avec des yeux effrayés, comme si de chaque recoin allaient sortir des hommes de la fourrière qui me saisiraient et m'enfermeraient de nouveau, loin de mon Maître, dans une cage exiguë et inconfortable. Le pire fut lorsque mon Maître se dirigea vers la salle des cages. J'avais beau résister, j'étais tellement frêle que mes efforts étaient inutiles.

J'étais malade de malaise, au milieu de ses cages où se morfondaient des Nekos. Quel supplice que de voir d'autres Nekos tendre les mains vers mon Maître sur son passage, alors que lui avançait vers le fond où Zhou était! Je voyais leur malheur, leur désespoir, et lorsque mon Maître me lâcha, je me recroquevillais dans un coin, la tête entre les mains, le visage entre les genoux, et je commençais à me balancer nerveusement d'avant en arrière, en proie à un mal-être des plus terribles, gémissante et oppressée, assaillie par le malheur.

J'entendis à peine la voix de mon Maître entre mes lamentations et mes gémissements. Je ne fis pas attention à ses mots, ne sachant s'il s'adressait à moi, à Zhou, au vendeur. Je secouais la tête négativement, sanglotant de plus belle. Cet endroit était mon Enfer, et je venais d'y retomber en chute libre alors que j'avais frôlé le Ciel.

____________________________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________________________
KEIKO



Stupide.Imbécile.Innocente.Voilà les mots que la jeune neko ne cessaient de se répéter.Elle avait perdue la carte que l'homme lui avait donnée un jour,et ainsi,elle n'avait plus aucun sous maintenant!Elle se trainait lentement dans la rue,n'ayant nulle part où aller pour se réfugier,même juste pour la nuit.Elle était exténuée,voilà au moins deux jours qu'elle n'avait pas dormi,ayant trop peur de se faire attraper par quelqu'un de dangereux,qui lui ferait subir des attrocités,comme avant,comme il y a déjà deux ans

Cédant à la tentation,elle se coucha à même le sol froid,et ferma les yeux un court instant,se disant qu'elle les resteraient fermés qu'une seule petite minute.Mais il n'en fut pas de même.Elle dormi pronfondément pendant une,deux,trois heures et même toutes le reste de la journée.Il n'était alors que midi quand elle s'était endormie

À son réveil,elle vit des barreaux ternes et verticaux devant elle.Dans un moment de panique,elle alla se cogner la tête contre ceux du dessus et poussa un cri indigné.Elle était morte de peur à l'idée d'être entre les griffes d'un être cruel.Mais un autre neko à côté de sa cage lui dit qu'elle était à l'animalerie et qu'elle devait attendre que quelqu'un l'adopte pour pouvoir sortir d'ici.Elle soupira,se résignant à son sort et se roula en boule,mit la tête sur ses bras et regarda droit devant elle,les yeux grand ouverts

Au bout d'une trentaine de minutes,le vendeur vint lui donner un plat d'eau et de croquettes et laissa la porte de sa cage à moitié ouverte,se plaçant devant pour attendre qu'elle ait fini de manger pour ne pas avoir à revenir deux fois.Elle but l'eau en grimaçant,elle avait un goût métallique et elle ne voulait absolument pas manger ses croquettes...Un plan naquit dans sa tête te elle le mit à exécution sans même y penser

Elle donne un grand coup de patte sur le plat.ce qui fit sursauter le vendeur qui se recula,permettant à la neko de sortir de sa cage en coup de vent.Elle sauta habilement sur les cages,pendant que le vendeur se ressaisissait et lui criait de redescendre,ainsi que d'autres insultes.Elle ne l'écouta pas et ne bougea pas.Il lui lança alors le plat,qu'elle reçu en plein sur le bras.Elle poussa un miaulement indigné,avant de bondir de cage en cage,jusqu'à l'avant de la boutique

Alors qu'elle bondissait par dessus l'espace que formait la porte d'entrée entre les cages,celle-ci s'ouvrit et heurta la neko en plein bond.Elle tomba brutalement par terre et regarda autour d'elle,pour aperçevoir non loin le vendeur qui semblait avoir un objet dansgereux dans les mains...Elle s'accrocha au premier objet à sa portée,qui se trouvait à être une jambe.Elle ne regarda pas à qui elle appartenait et la serra très fort,plaquant les oreilles sur sa tête alors que le vendeur approchait de plus en plus.Elle cria

"Non,j'veux pas y retourner!Vous allez me faire du mal!J'vous aime pas!"

________________________________________________
KEIJI MAEDA



Lorsque Keiji se pencha pour regarder Kyoku, il aperçu sa mine plutôt pâlotte. Elle regardait dans une direction, mais aussi nul part. Rien ne l'atteindait, comme un miroir elle réflétait tout ce qu'on lui disait. Keiji comprit rapidement qu'il n'aurait pas dû la ramener ici, du moins pas quelques heures après l'avoir adopté, elle aurait pu croire qu'il voulait l'échanger ou quelque chose comme cela, il mettait toute la faute sur lui afin qu'elle ne se sente pas comme un chiffon taché, bon à jeter après une inspection de mécanique. Il se sentait affreusement mal de revenir dans l'animalerie, il ne voulait plus lui faire de mal, dès qu'ils seront sorti il lui donnera tout ce qu'elle pourrait désiré, comme un autre sorbet glacé puisqu'elle l'avait perdu en cours de route, une autre saveur pourrait lui faire oublié cet évènement. Pour l'instant pour la faire revenir à elle il l'enlaça en lui donnant de l'amour, suivit d'un baiser sur le front et d'une caresse dans les cheveux.

-Kyo. Ne t'en fait pas, nous serons bientôt sortit d'ici. Dis-moi si tu connais ce garçon dans la cage ? Si tu le connais nous le prendrons avec nous comme cela tu te sentiras moins seule dans ton monde en tant que neko. Je le ferai pour ton bien et celui de ce garçon, il m'a l'air bien comme toi aussi.

Il la regarda un instant, pour entendre sa réponse, quand soudain il entendit un boucan infernal de métal et se retourna vers la provenance du bruit et il aperçu une neko qui était parvenue à sortir de sa cage. La neko eue pour réfléxe de protection en voyant le vendeur plutôt très surprit, de se diriger vers une source humaine, et ce fut lui la source la plus proche. Il se laissa faire et demanda au vendeur de la laisser faire.

Il souleva le tête de la neko plutôt terrorisé par le vendeur, sachant qu'elle pourrait retourner en cage aussitôt dit aussitôt fait.

- Hey...Tout doux... dit-il chaleureusement afin d'apaiser les nerfs tendus de la neko. Ne t'inquiète pas. tu es en sécurité avec moi. Quel est ton nom ?

________________________________________________
SATORU



Un chien, ces machins à quatres pattes là, oui un chien. J'ai horreur des chiens. Aussi sentis-je la présence d'une de ces créatures dans la pièce et mon pressentiment s'en trouvait réel, un chien fonçait à tout allure vers ma direction.

Qu...quoi ?!

Je reculais instinctivement dans ma cage et fixais la bête qui jappait et remuait la queue étrangement.

"A...allez va-t-en ! Oust ! dis-je sans succès."

Mais le chien n'écoutait rien, ou plutôt, ne me comprennais pas. Je soupirais longuement, il ne manquais plus que ça. Un ennui ne vient jamais seul, je le compris tout de suite en voyant un homme suivit d'une jeune Neko apparement à la recherche du canidé. J'esperais que ce chien n'allait pas être une source d'ennuis pour moi, de plus, il effrayait le reste des Neko qui commençait à s'exiter. Un employé de l'animalerie apportait de la nourriture et de l'eau à une Neko non loin de ma cage...celle-ci profita de l'agitation provoquer par le chien pour se faufiler hors de sa cage et à l'aide d'acrobaties, s'éloigner de l'employer et se diriger vers l'homme récemment arrivé.

La Neko qui l'accompagnait s'était rapidement recroquevillée dans un coin. Son visage aux traits fins me disaient quelques chose...
Mais oui, c'était la Neko qui s'était fait adopter ce matin, j'étais content pour elle, même un brin jaloux, la voir sortir, elle qui avait l'air d'être la plus malheureuse de nous tous, Kyoku s'apellait la jolie Neko. Elle faisait des vas-et-viens en se penchant chroniquement, comme en plein malaise.
Je la comprend, revenir ici, c'est comme un retour en Enfer pur et simple...
J'avais connu la même sensation en revenant après la mort de Shin. Et même après six mois, ça ne change pas grand chose.

Son maître s'était agenouillé et avait pris Kyoku dans ses bras, la réconfortant, lui chuchotant des choses que je n'entendais pas. La Neko fugitive était toujours aggripée à l'homme et l'employé s'affolait, ne sachant que faire.

Je rammenait mon regard à Kyoku, elle ne voulait pas être ici, rien que l'expression de son visage le laissait transparaître.

"Euh...Hé ! Ca va Kyoku?? Pourquoi es-tu revenue ici ? dis-je assez fort, l'air inquiet."
Revenir en haut Aller en bas
Keiji Maeda

Keiji Maeda

Nombre de messages : 6
Age : 34
Maitre/inu/Neko de : ~Keiko°°Kyoku°°Satoru°°Sei~
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de votre personnage
Age de votre personnage:
Signes particuliers:
Situation (inclut Maître(sse)/Inu/Neko de):

Satoru n'en peu plus Empty
MessageSujet: Re: Satoru n'en peu plus   Satoru n'en peu plus EmptyDim 17 Fév - 1:56

________________________________________________
KYOKU



Je sentis les bras de mon Maître m'encercler, il me sembla entendre des paroles réconfortantes, bien que je n'en compris pas le sens. Son attitude m'aurait profondément troublé en temps normal, de plus il déposa un baiser sur mon front, mais dans l'état dans lequel j'étais, cela eu pour seul effet de me calmer légèrement. J'arrêtais de me balancer d'avant en arrière, et commençais à être parcourue de frissons.

J'étais en train de me calmer petit à petit, lorsque soudain une autre Neko déboula et s'agrippa à la jambe de mon Maître.
Sa présence catastrophée m'effraya, et je fuis précipitamment l'étreinte de mon Maître pour me recroqueviller dans un coin, oreilles plaquées en arrière, queue ébouriffée et pupilles dilatées, près de la cage devant laquelle nous avait menés Zhou.
De là s'échappa une voix qui me parut éveiller quelque chose dans ma mémoire. Je tournais la tête et levais un regard apeuré vers le Neko qui me demandait, si je comprenais bien, pourquoi étais-je revenue. Il avait l'air inquiet, mon esprit embrumé ne parvenait pas à se souvenir de lui comme il n'arrivait pas à fournir de réponse à sa question.

Je secouais la tête négativement en guise de réponse, avant d'enfouir mon visage dans mes bras. J'entendais tous les autres Nekos, dans les cages environnantes, qui appelaient, pleuraient, sifflaient ou grognaient après Zhou. Tous ces bruits, ces plaintes, mêlés au vacarme que faisait le vendeur qui pestait contre la Neko qui était sous la protection de mon Maître, ne faisaient qu'agrandir mon malaise.

Je me dépliais lentement, restant au sol, et rampais jusque la cage la plus proche, soit celle du Neko qui m'avait parlé tout à l'heure. J'attrapais les barreaux froids de mes mains tremblantes, presque en sanglots, et posais mon front contre la grille, cherchant le réconfort et la sécurité. Quel réconfort et quelle sécurité pouvais-je trouver en une grille de fer immuable, je ne le savais pas, mais j'avais agis instinctivement. L'Instinct, c'est tout ce qui fonctionnait encore correctement chez moi pour le moment. Je réagissais à l'Instinct, comme un chat sauvage qui ne demandait qu'à être cajolé sans être brusqué.

Si un Humain essayait de m'approcher tant que je n'étais pas calmée, il y avait des chances que je me montre agressive, sauf peut-être s'il s'agissait de mon Maître. Je me sentais agressée, sans défense, acculée sans trouver de chemin de sortie. Et tout le monde sait à quel point il est malheureux d'essayer de s'approcher d'un animal qui se sent acculé et agressé.

________________________________________________
KEIKO



Keiko était affrayée par tout ce vacarme,elle ne savait vraiment plus que faire entre rester accrocher à la jambe ou s'enfuir de plus belle.Elle sursauta violament quand l'humain lui parla.Elle se cramponna encore d'avantage à sa jambe,ne répondant même pas à sa question.En premier lieu,elle était terrorisée par le vendeur,qui tentait de s'approcher d'elle pour la remettre dans sa cage même si l'humain lui avait dit de la laisser faire.Ensuite,il y avait ce chien qui aboyait,il lui tappait vraiment sur les nerfs et ne faisait qu'emplifier sa peur.Il y avait aussi les autres nekos qui s'agitaient dans leurs cages,ajoutant encore du bruit au vacarme déjà existant.Elle n'avait pas encore remarquée la neko qui était venue ici avec l'humain,ni l'autre neko tout au fond de la salle des cages,trop affolée à essayer de se trouver un plan pour sortir de là

Alors que le vendeur s'approchait de plus en plus d'elle,Keiko lâcha la jambe de l'homme et repartit à la course entre les cages.Elle monta sur une rangée qui était vide et qui atteignait quasiment le hauteur de plafond et s'y installa,ne bougeant maintenant plus d'un poil.Elle tremblait un peu,toute cette agitation était à en perdre la tête.Elle prit précitpitamment sa queue entre ses pattes,la serrant bien fort.Ses oreilles,qu'elle avait remises bien droites,se plaquèrents sur sa tête à nouveau quand elle vit le vendeur revenir vers elle,qui voulait juste la faire retourner dans sa cage,pour ensuite essayer de contrôler la pagaille qui régnait dans l'animalerie.

Mais la neko,elle,ne voulait plus redescendre de son perchoir.Elle se roula en boule face au mur,tournant le dos au vendeur.Elle ferma les yeux,souhaitant de trouver à quelque part d'autre que dans cet endroit malodorant et terne.Elle se concentra sur une chanson qu'elle ne cessait de répéter dans sa tête et en vint à ne plus perçevoir aucun bruit,juste le silence ainsi que la mélodie de la chanson.

________________________________________________
KEIJI MAEDA




Le désordre et l'incompréhension prenaient maintenant toute la place dès à présent. Keiji n'avait plus aucun contrôle sur les sentiments de Kyo, l'autre jeune neko était très épeuré et le neko semblait très étrange, mais quoiqu'il paraîssait connaître la petite Kyo, donc Zhou n'avait pas tort, il avait sentit le neko sur la peau de Kyoku, il savait que le petit garçon serait une bonne compagnie pour Kyoku. Alors Keiji prit la décision de prendre le neko qui était dans la cage et aussi l'autre neko puisqu'elle serait bien mal en point s'il la laisserait là à son sort. Il ne pouvait penser ne serait-ce une seule fois de la voir se faire flageler. Il demanda au vendeur combien les deux nekos coûteraient et s'il aurait un prix juste. Le vendeur tenta une somme, mais Keiji lui offrit un prix plus juste, puisque l'une était plutôt dérangé et l'autre paraîssait un peu énergique, même s,il était calme dans sa cage. Quoiqu'il ait pu dire au vendeur, tout était faux, il voyait bien ce qui se passait chez les nekos, s'il aurait pu il aurait prit en charge toute l'animalerie et il aurait changé la méthode afin que tout neko soit bien nourri, libre de leur cage et que le choix des maîtres soit bien choisit selon des critères bien strictent. Le vendeur accepta l'offre, et relâcha le neko, du nom de Satoru et Keiji alla vers Kyoku et la prot dans ses bras torse contre torse comme une gamine et alla vers la neko épeurée.

Il demanda à l'autre vendeur de la laisser tranquille, le vendeur lui disait de le laisser faire et que la neko était sous son contrôle. La rage alluma dans son coeur et ses passions, et il répliqua en tonnant.

- Vous ne savez aucunement ce que vous faites ! Vous ne sentez rien de leur malheur ! Vous ne voyez pas qu'elle est terrorisée ! Qu'elle a peur de vous et de vos traitement sauvage que lui vous impliquée !

Il le prit par le collait puis, lui chuchota à l'oreille, avec agressivité.

- Saches que si tu continus je te promet que toi et ton maître serez mis à la porte ,et sur le champs. Et j'en ai le droit officiel au nom du roi.

Le vendeur fut pétrifié, il tremblait même. Keiji reprit son calme et relâcha l'homme pitoyable qu'il était maintenant. il se dirigea vers la neko du nom de Keiko. Et dit calmement afin de l'apaiser.

- Tu sais ces vendeurs sont plutôt minables à mon avis, je ne sais pas pourquoi tu as peur d'eux ils sont si facile à faire peur. Allez viens avec nous, tu es libre maintenant et tu verras à quel point la vie est belle à l'extérieur et avec nous dans les parrages, nous formerons une belle famille, bha! il manque la mère mais tu sais pour l'instant tout ira bien. Allez viens.

Il tendit la main vers Keiko, il ne voulait pas l'aprocher, il voulait qu'elle lui fasse confiance.

_______________________________________________
SATORU


Le maître de Kyoku vint la réconforter en l'encerclant de ses baras, mais en vain, celle-ci était effrayé, c'était trop tard. Kyoku secoua la tête négativement et commença sérieusement à angoisser...quelle idée de ramené un Neko ici en pleine concience !
Elle pressa sa tête contre les barreaux froid de ma cage, cherchant sécurité avec son instinct. A ce moment plus qu'à un autre, je me sentis impuissant. Ses réactions ressemblaient, en beaucoup de points, à celle de ma petite soeur qui faisait régulièrement des crises d'angoisse ou autre, que j'avais de mal à calmer mais avec le temps, on choppe le truc. Seulement, je ne suis pas "on".
Je ne savais que faire, j'étais aussi acculé qu'elle dans ma situation, ne rien pouvoir faire pour elle, sachant qu'elle ne m'écouterait pas...de plus, je ne savais même pas si elle m'avait reconnu, cela n'avait pas l'air d'être le cas. Aussi, approchais-je mon visage du sien contre les barreaux et essayai de la réconforter sans grands espoirs.

"Ca va aller Kyoku ! Ne t'inquiète pas...je suis sûr que ton maître est bon, et que, en aucun cas il est revenu pour te remettre ici ! A quoi cela lui aurait-il servit de venir te chercher plus tôt dans la journée ? dis-je d'un ton qui se voulait réconfortant."

Après tout, je ne connaissais pas son maître bien qu'il n'eut l'air à aucun moment méchant, il essayait de rassurer sa Neko, même s'il a eut bêtise de la ramener dans un endroit comme celui-ci, de plus, le jeune homme rassurait une petite Neko fugitive.
Je ne savais toujours que faire et restais interdit et immobile contre Kyoku, sentant sa respiration toucher ma peau, je frissonnais et essayais de me mettre à sa place, cela devait être dure de retourner au bagne après avoir eu la liberté...j'ai connu ça mais dieu sait qu'elle ne doit pas s'en préoccuper. Et tout en la regardant, je l'assimilais, à quelques traits de visage, à ma petite soeur, qui me manquait tant mais j'essayais de le cacher.

Un vendeur, après une offre généreuse du jeune homme pour 2 Nekos, m'ouvrit la cage avec dédain et m'informa ..."Tu es vendu Neko!".

Charmant, très charmant...

Avec quelques brutalités verbales et physique sans grandes importances, le maître fit comprendre au vendeur de ne pas poser un seul doigt sur la jeune Neko répondant au nom de Keiko. Il lui tendit une main salvatrice, sans forcer et attendait une réaction propable de Keiko.

Bien qu'on m'est ouvert la cage, je n'étais pas sorti.

"Tu es vendu Neko!"

Je suis vendu ? Cela ne veut pas dire que je suis libre. Bien que son aura soit intéréssante, je ne le connais pas et peut-être qu'inconsciemment, venir avec lui, je le considèrerai comme une trahison envers moi-même.
Je sortis prudemment et lentement de la cage et fis craquer quelques articulations engourdies et endolories au passage, tout le temps que j'avais passé dans la cage, mon dos s'en souviendra sûrement.
Bien qu'il m'est libéré, je ne compris toujours pas pourquoi il l'avait fait...quel intérêt avait-il à le faire ?
Faire plaisir à Kyoku ? Elle arrive à peine si ce n'est pas du tout, à me reconnaître!

Je ne me posai pas plus de question et m'approchais avec prudence de Kyoku, qui avait l'être d'être encore prisionnère de la terreur. Je la pris par les épaules et planta mon regard dans le sien, bien que j'avais l'impression ne de pas être à ma place, de faire ce que je n'ai pas à faire, de me mêler de ce qui ne me regarde pas.
Je posai doucement mais fermement une main sur sa joue de sorte à ce qu'elle me regarde également et lui glissai ces paroles d'un ton doux:

"C'est fini maintenant...tu vas sortir de là et tu ne reviendra pas, que dis-je, tu ne reviendras jamais ici! dis-je avec l'ombre d'une esquisse d'un sourire. Du moins je l'espère...et à ce qu'on dirait...moi non plus je ne reviendrai pas... dis-je plus bas en tournant mon regard vers son maître qui était également le mien."

Sans vraiment bouger, gardant mes mains sur Kyoku, mon attention était devenu autre, le bon samaritin qui m'avait "sauvé", biensur je lui étais reconnaissant, mais peut-être trop fièr pour l'admettre. Etant à quelques pas de moi, je n'haussa pas la voix pour qu'il m'entende, c'était suffisant:

"Pourquoi...commençais-je, ayant du mal à construire à l'avance une phrase tangible dans mon esprit troublé. M'avez-vous...sorti d'ici...?"

Suis-je si misérable ? Inspirais-je pitié ?

Bien que pour l'instant, j'avais pas la tête à penser à ça, passer du temps avec Kyoku n'allait peut-être pas me déplaire.

____________________________________________
KEIJI MAEDA


Keiji essaya d'aller plus rapidement afin de ne pas trop secouer Kyoku, déjà elle semblait amorphe et sans vie, elle ne savait plus où aller puis Satoru qui fut sorti de sa cage alla l'aider. C'est à ce moment qu'il comprit pourquoi Zhou l'avait ramené ici, c,était pour que Kyo ait de la compagnie quand il sera au travail. Tandis que pour Keiko, il l'avait prise afin qu'elle ne soit pas maltraité, elle semblait si dérouté, il voulait qu'elle devienne heureuse comme Kyo à la Grande place.

Lorsqque Satoru lui adressa la parole à la sorti du magasin, il fut estomaqué, puis reprit son calme. Il se pencha vers lui, puis lui répondit.

- Et bien au départ, c,était à cause de mon chien Zhou, il voulait t'avoir toi, mais ensuite lorsque je t'aie aperçu avec Kyoku, j'ai compris pourquoi Zhou te voulait, ce qui m'a incité à te prendre. Je veux avoir quelqu'un qui s'occupe de Kyoku, et je peux te faire confiance, tu me sembles être une bonne personne avec une bel âme. Si Zhou te fait confiance, je fais confiance, mon ami. dit-il en lui adressant un clin d'oeil chaleureux.

Il se releva puis dirigea tout le monde à son domicile, le château des Maeda.

-Aller venez. Maintenant on va à la maison pour se reposer, on se doit bien cela avec la journée que nous avons eue. ajouta-t'il en une touche humortistique, pour détendre l'atmosphère.

______________________________________________
KEIKO


Toujours perchée sur le haut d,une pile de cages,la neko n'osait bouger.Elle fixait le mur,mais elle n'était pas vraiment là.Keiko s'était enfermée dans ses pensées,comme à son habitude.Elle se demandait bien ce qui allait advenir d'elle quand l'homme sur lequel elle s'était accrochée un peu plus tôt allait partir.Elle en déduit qu'elle passerait un sâle quart d'heure,qu'elle paierait vu qu'elle s'était enfuit de sa cage.Mais soudain,une voix la tira de ses pensées.Celle-ci lui disait de ne pas avoir et de venir avec eux,pour former une belle et heureuse famille.Elle se tourna et vit l'homme d'un peu plus tôt qui lui tendait la main.Ne sachant pas trop que faire,elle réfléchit un instant,avant de finalement décider d'aller avec lui comme il le lui avait demander.Si elle était maltraitée,eh bien,elle fuguerait.Elle prit timidement sa main et sauta par terre,avant de la lâcher et de regarder autour d'elle avec crainte.Elle ne disait rien,se faisant toute petite.Keiko suivit son nouveau maître jusqu'à l'extérieur.

Là,l'autre neko qui était avec eux parla à l'homme et la jeune neko s'assoya par terre et regarda la sol.Elle tremblait encore un peu à cause de l'épisode plus tôt.Elle avait eue si peur quele vendeur l'ammène dans l'arrière boutique pour assouvir ses désirs...Elle ne voulait plus jamais revivre ces choses,et c'est pour ça qu'elle avait su peur de ces hommes.Toujours silencieuse,elle se releva quand l'homme indiqua qu'ils se rendaient jusqu'à la maison pour se reposer.Elle hocha la tête et le suivit,restant assez proche de lui pour ne pas se perdre dans la foule



Voilà j'ai tout remis les textes, désolé si c'était long mais il y a eu beaucoup de chose cette semaine.
Bref vous pouvez pour suivre! je viendrais un peu plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoku

Kyoku

Nombre de messages : 9
Age : 27
Maitre/inu/Neko de : Keiji Meda
Date d'inscription : 16/02/2008

Feuille de votre personnage
Age de votre personnage:
Signes particuliers:
Situation (inclut Maître(sse)/Inu/Neko de):

Satoru n'en peu plus Empty
MessageSujet: Re: Satoru n'en peu plus   Satoru n'en peu plus EmptyMar 19 Fév - 14:12

Je ne compris pas grand chose à ce que me dit Satoru, sinon une: je n'allais pas rester enfermée ici, j'allais partir. Ne plus revenir.
Cela eut pour effet de me calmer, bien que je reste tendue, et restais près de Satoru à la sortie de la boutique. Je retrouvais avec plaisir le Soleil, le ciel, si grand, si beau. Maintenant que nous étions sortis, je me sentais beaucoup mieux. Je respirais à grand poumon l'air de la rue, ravie de le retrouver.

Je remarquais alors que l'autre Neko aussi nous avait suivis à l'extérieur. Et Satoru, aussi. Je me demandais naïvement pourquoi avaient-ils eu le droit de sortir de leur cage, et pourquoi nous suivaient-ils, mais je n'attachais pas plus d'importance aux réponses pourtant évidentes et me dépêchais de rattraper mon Maître, commençant à trottiner à ses côtés.

Une fois habituée à son rythme de marche, je tendis une main hésitante et attrapais sa manche. Je levais vers lui un regard confus, je voulais m'excuser auprès de lui pour ma réaction à l'intérieur de la boutique, je voulais aussi lui communiquer ma reconnaissance de m'en avoir sortie, mais aucun mot ne sortait de ma bouche. C'est donc seulement avec le regard que j'essayais d'exprimer cela, en espérant qu'il comprenne.


(HJ: désolée, mon post est court et pas terrible...-_-')
Revenir en haut Aller en bas
Satoru

Satoru

Nombre de messages : 4
Age : 27
Maitre/inu/Neko de : Keiji Maeda
Date d'inscription : 11/02/2008

Feuille de votre personnage
Age de votre personnage: 17 ans
Signes particuliers: Loyal, ambitieux, rusé et compréhensif, j'ai tout de même du mal à m'intégrer parmis les autres, bien que je sache m'affirmer, je ne cours pas après l'amitié, elle m'a beaucoup fait souffrir, quelqu'un me guérira-t-il un jour ?
Situation (inclut Maître(sse)/Inu/Neko de): Neko de Keiji Maeda, mon maître pour qui, même si je le cache, j'éprouve un grand respect.

Satoru n'en peu plus Empty
MessageSujet: Re: Satoru n'en peu plus   Satoru n'en peu plus EmptyMer 20 Fév - 0:43

On était enfin sortis.
A peine eus-je passé l'encadrure de la porte que la douce chaleur du soleil vint m'effleurer le visage. Pendant que cet homme qui désormais est mon nouveau maître, accompagné des deux Neko avançait au même rythme. Moi je restais au même endroit, à côté de la prison qui m'avait si longtemps gardé, non pas que j'y étais attaché, loin de là...Mais plutôt que tourner la page si rapidement et commencer une nouvelle vie, je voulais faire la part des choses, ressentir la transition entre le cauchemar et le rêve. Je regardais désormais le ciel et respirais à plein poumons l'air frais. Je fermais les yeux et inspirais un grand coup et rattrapais tant que possible mon maître.

Enfin...

Ma marche était lente et silencieuse, je me faisais le plus discret possible, je scrutais Keiji, mon nouveau maître et lui trouvais ainsi de vagues ressemblances me rappelant nombres de souvenirs bien gravés.
Je me rapprochais à grande vitesse de mon maître, ne le lâchant pas du regard et vînt à ses côtés.
Après avoir brièvement tiré sa manche pour attirer son attention, j'élevai désormais ma voix:

"Hum...même si c'est votre chien qui m'a choisis, dis-je avec du mal. Je vous remercie de m'avoir sortis de là..."

Je disais ça d'un ton sincère bien que sec, il va de soi qu'il va me falloir du temps pour m'adapter à ma nouvelle famille.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cursed-secret.superforum.fr
Contenu sponsorisé




Satoru n'en peu plus Empty
MessageSujet: Re: Satoru n'en peu plus   Satoru n'en peu plus Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Satoru n'en peu plus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Uchuu-Nekov2 :: Uchuu-Neko RPG- La ville :: L' animalerie-
Sauter vers: